Ce que vous devez savoir sur les drones

Grandement appréciés par certains tandis que d’autres restent méfiants et s’interrogent, les drones fascinent. Quoi de plus normal ? Pouvoir piloter un engin sans être directement à l’intérieur, cela relevait de la science-fiction, il n’y a pas si longtemps. Réservés aux domaines militaires pendant presque 100 ans, les drones civils font pourtant leurs apparitions depuis une dizaine d’années.

Du simple jouet à un outil performant pour la prise de vue aérienne, les drones se multiplient et se diversifient. L’innovation permet en effet de créer des drones utiles dans de nombreux domaines : secours, journalisme, agriculture, etc.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur ces aéronefs qui révolutionnent de plus en plus notre quotidien et même certaines de nos professions, vous êtes au bon endroit  ! Nous vous proposons en effet de lire notre dossier sur les drones pour que ces derniers n’aient plus aucun secret pour vous  !

Définition d’un drone, ses différents usages, apprendre à le piloter, ou encore les réglementations à respecter : on vous dit tout  !

Qu’est-ce qu’un drone ?

Commençons donc par le commencement et voyons ensemble ce qui caractérise un drone.

Drone, UAV, RPAS : définitions

Une fois n’est pas coutume, le français fait exception lorsqu’on souhaite définir le mot drone. Dans le monde entier, les drones désignent des engins militaires pilotés à distance, qu’ils soient volants, terrestre ou encore amphibiques.

En France, le terme de « drone » est également utilisé pour parler des drones civils, ceux pouvant être utilisés pour de la surveillance ou encore prendre des photos et des vidéos aériennes. En anglais, les termes utilisés pour décrire les drones de loisirs sont des acronymes : UAV pour Unmanned Aerial Vehicle ou UAS (Unmanned Aerial System) lorsque son équipement est à bord. On peut également parler de RPAS qui est un synonyme excluant simplement les engins autonomes. En bref, pas de panique si vous rencontrez ces termes : on parle bien de drones destinés au public  !

De quoi est composé un drone ?

Pour simplifier au maximum, un drone est composé de 3 parties principales :

  • Un châssis.
  • Un système de propulsion.
  • Un contrôleur de vol.

Le châssis (ou frame), c’est un peu comme le squelette du drone. Il peut prendre différentes formes selon les modèles et selon son nombre de bras. Ainsi, il existe des drones tricoptères, quadricoptères, hexacoptères, etc. En aluminium, en plastique, en fibre de carbone ou même en bois, le châssis peut véritablement varier selon les modèles de drones.

Le système de propulsion est quant à lui composé de moteurs que l’on appelle plus précisément rotors, d’hélices, de contrôleurs de vitesse électriques (ESC) et d’une batterie lipo (lithium polymère).

Enfin, le contrôleur de vol sert à établir le lien entre le drone et le pilote, via un récepteur connecté, grâce à un circuit intégré doté d’un microprocesseur, de capteurs, et de broches d’entrée et de sorties.

RTF, BNF, PNF, ARF : comment s’y retrouver ?

Si vous vous êtes déjà renseigné pour acheter un drone, vous avez peut-être déjà rencontré ces termes faisant référence à un type de drone spécifique :

  • RTF pour Ready To Fly (prêt à voler).
  • BNF pour Bind and Fly (appairer et voler).
  • PNF pour Plug and Fly (brancher et voler).
  • ARF pour Almost Ready to Fly (presque prêt à voler).

Les modèles de drone RTF sont ceux qui nécessitent le moins d’étapes avant de pouvoir voler. Ils sont donc conseillés aux débutants. Tout est compris lorsque l’on achète un drone RTF, y compris la radiocommande. Seuls quelques gestes comme placer les piles ou accu de la radiocommande ainsi que la nécessité de recharger les batteries devront être effectués pour pouvoir faire voler son drone.

Les modèles de drone BNF sont presque complets. Seule la radio n’est pas fournie avec un drone de ce type : pratique pour les pilotes bénéficiant déjà d’une radiocommande.

Les drones PNF ne sont fournis qu’avec leur structure principale plus ou moins montée, c’est-à-dire le train d’atterrissage, les hélices, les moteurs et les contrôleurs. Il sera nécessaire de se procurer un récepteur radio, une radiocommande, des batteries ainsi qu’un chargeur pour compléter le drone.

Enfin, les drones ARF sont les drones les moins fournis, ne bénéficiant que de leur structure de base. Ces modèles sont appréciés des pilotes souhaitant customiser eux-mêmes le drone en DIY.

Qui a inventé le drone ?

Qui a eu cette idée folle, un jour, d’inventer le premier drone ? C’est ce sacré… Max Boucher  ! Le 2 juillet 1917, soit il y a un peu plus d’un siècle, il réussit en effet à faire décoller un avion sur une distance de 500 mètres.

À cette époque, toutes les grandes puissances cherchent en effet un moyen de réaliser des missions aériennes sans avoir à engager la vie de leurs pilotes. Les racines du drone sont donc profondément militaires avant de petit à petit s’étendre au domaine civil.

Il faudra en effet attendre les années 2010 pour voir apparaître les premiers vrais drones de loisirs, largement poussés par l’arrivée des actions cam, ces caméras sportives capables de capturer les exploits les plus extrêmes. Combinées au châssis du drone, les pilotes ont dorénavant la possibilité de photographier et de filmer depuis les airs  !

Les capacités d’un drone

Les drones ont aujourd’hui beaucoup évolué et sont capables de véritables prouesses. Les capacités des modèles les plus performants ne cessent de s’améliorer.

Ainsi, un drone est capable :

  • D’atteindre une forte altitude même si ce cela ne peut être vérifié en France puisque l’altitude maximale est limitée à 150 m.
  • D’avoir une autonomie, c’est-à-dire un temps de vol maximal d’environ une demi-heure pour les plus performants, grâce à des batteries lipo doublées.
  • D’atteindre des vitesses ahurissantes. Le record est aujourd’hui fixé à 289 km/h  !

Les points restant à travailler sont la capacité d’emport et la résistance au vent. En effet, la plupart des drones ne peuvent emporter avec eux que des objets de quelques kilos seulement ce qui empêche encore la possibilité d’effectuer des livraisons conséquentes par drone.

Même si certains modèles sont très résistants à la pluie, le vent reste un problème surtout sur les modèles les plus légers.

Les diverses fonctions d’un drone

À quoi peut servir un drone ? Avec la diversification de la fonction primaire du drone militaire, les constructeurs ont permis de développer des modèles très différents. Ainsi, l’utilisation et les usages des drones dans le monde sont aujourd’hui multiples.

Grâce aux caméras embarquées, les drones peuvent notamment servir :

  • Aux journalistes souhaitant proposer des vues aériennes à leurs lecteurs ou leurs téléspectateurs.
  • Aux réalisateurs de films au cinéma et aux vidéastes.
  • Aux offices de tourisme pour promouvoir un site ou un territoire.
  • Aux services de police et de secours pour rechercher des personnes.
  • Aux agriculteurs pour surveiller leurs champs, surveiller les vignes ou encore surveiller les troupeaux.

Ainsi de plus en plus de personnes ont recours aux pilotes de drone pour réaliser des missions aériennes. Avis aux personnes envisageant une reconversion professionnelle : le métier de pilote de drone est devenu un véritable métier d’avenir  !

Apprendre à piloter un drone

Est-ce facile de piloter un drone ? Il est vrai que les drones civils sont d’autant plus plébiscités qu’ils ne nécessitent pas de longues formations pour prendre en main l’appareil et pouvoir le piloter. Néanmoins, un apprentissage et quelques heures d’entraînement seront nécessaires afin de maîtriser un drone.

Le premier conseil que nous pourrions vous donner est de commencer sur un modèle réduit, un mini drone. De par sa petite taille, vous pourrez le manier beaucoup plus facilement et vous pourrez également vous entraîner en intérieur dans une pièce peu encombrée (voir aussi : que faire avec un mini drone ?).

Décollage, atterrissage, aller en avant et en arrière, tourner : entraînez-vous à effectuer des manipulations de plus en plus complexes afin de pouvoir maîtriser toujours un peu mieux votre drone. Un atterrissage précis ou une reprise de contrôle après avoir fait tourner le drone sur lui même seront le signe que vous n’êtes plus tout à fait un débutant.

Enfin, nous ne pouvons que vous conseiller de participer à la communauté des pilotes passionnés. Que ce soit sur des blogs, des forums ou sur YouTube nombreux sont les pilotes qui pourront vous inspirer et vous conseiller.

FPV : le vol en immersion

Avez-vous entendu parler du FPV Racing ? Le First Person View (vue à la première personne) est encore un autre usage du drone : celui du vol en immersion  !

Munis de lunettes spécifiques, d’un écran ou d’un casque de réalité virtuelle, les pilotes suivent en temps réel la trajectoire de leur drone racer, un drone de course capable d’effectuer des figures acrobatiques : les sensations fortes sont alors au rendez-vous. Il est même possible de brancher plusieurs casques au canal afin que d’autres personnes que le pilote puissent visualiser ce que capture le drone à l’aide de sa caméra embarquée.

Véritable sport, il existe même un championnat du monde de drone  !

La réglementation spécifique aux drones en France

Utiliser un drone dans son jardin, c’est possible ? Comme toute pratique, le fait de piloter un drone est soumis à la réglementation française. En effet, pour préserver la sécurité de tous, il n’est pas possible de faire n’importe quoi avec son drone. Ainsi, un pilote de drone en France ne peut pas :

  • Dépasser une altitude maximale de 150 m. Au-delà, il rentrerait dans l’espace aérien.
  • Survoler des zones urbaines, des zones d’aviation (aéroport, aérodrome, etc.) et des zones sensibles (centrale nucléaire, base militaire, etc.).
  • Effectuer des vols durant la nuit.
  • Filmer des personnes sans leur consentement.
  • Survoler des personnes au risque de les blesser en cas de chute.

Il est bon de rappeler qu’en cas de dommages, l’assurance de responsabilité civile du pilote sera alors engagée. Nous vous conseillons donc vivement de vérifier que votre assurance vous couvre si vous souhaitez vous lancer dans le pilotage de drone.

Depuis le second semestre 2018, une autre restriction a vu le jour : les drones de plus de 800 g doivent être enregistrés auprès de la direction générale de l’aviation civile (DGAC), directement sur le site de l’organisme.

Les principales marques de drones

Le marché du drone civil s’intensifie de plus en plus et quelques marques font aujourd’hui office de référence dans le domaine. Proposant des modèles ultras performants, voyons ensemble les principales marques de drone à ce jour.

La première place revient incontestablement à la marque chinoise DJI. Phantom, Mavic, Spark : on ne compte plus les modèles qui ont su se démarquer et séduire les pilotes. Les chiffres le prouvent d’ailleurs assez bien : 50 % du marché mondial des drones est dominé par le géant chinois.

La France arrive cependant à se faire une place avec la prestigieuse entreprise Parrot. Le Bebop 2 est par exemple une véritable référence. La qualité française est au rendez-vous et la marque ne cesse d’innover pour proposer des mini drones ou des drones haut de gamme venant faire la course avec les drones les plus performants de DJI. Dernier en date : Le Parrot Anafi.

Pour les personnes recherchant un drone pas cher, c’est sans aucun doute la marque Hubsan qui vous séduira. Mini drone ou drone racer, la marque chinoise propose des modèles bon marché, mais efficaces et performants. C’est sans aucun doute la marque privilégiée par les débutants qui souhaitent se faire la main sur un drone facilement maniable et pilotable.

Bien sûr, d’autres marques proposent des drones tout à fait remarquables comme Yuneec, PowerVision ou Eachine, pour n’en citer que quelques-unes.

Les meilleurs drones à ce jour

Difficile d’effectuer un classement, tant les fonctions de chaque modèle dépendent de l’utilisation souhaitée du pilote. Néanmoins, certains modèles se démarquent et sont grandement appréciés par le plus grand nombre. Si vous recherchez une valeur sûre, vous pouvez donc vous tourner vers :

  • Le DJI Mavic (et ses déclinaisons).
  • Les Parrot Bebop 2 et Anafi.
  • Le Yuneec Typhoon H Plus.
  • Le DJI Spark.
  • Le Hubsan Nano Q4 (un des plus petits drones au monde).

Source : studiosport.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *